SAISON 2 : Agent Carter


agent-carter-logo-officiel-serie

 

Après une première saison originale et réjouissante, force est de constater que les scénaristes n’ont pas réussi à apporter quelque chose de réellement nouveau pour cette deuxième saison qui manque un peu de rythme et d’éléments captivants.

Transposer l’intrigue dans le Los Angeles des années 40 apporte un style film noir assez intéressant au départ, avec la découverte d’un corps congelé, une enquête policière avec une bonne ambiance  mais qui n’est pas exploitée par la suite. On retourne rapidement vers le style plus conventionnel de la première saison : espionnage, bizarreries, inventions dangereuses, société secrète, bonnes bastons et beaucoup d’humour.

La série continue d’explorer des thématiques en rapport avec l’époque (et la nôtre finalement) telle que la diversité. En effet, il est agréable de voir que les personnages les plus puissants dans cette saison sont les femmes : que ce soit Peggy, Dottie (la veuve noire russe), Rose (cerbère du SSR) ou Whitney Frost (la « big bad » de la saison), toutes prennent le pouvoir face aux hommes dans leurs domaines respectifs. On ajoute à cela Dr. Wilkes, un brillant scientifique afro-américain, victime des préjugés habituels, et nous avons là une série progressiste à l’image de l’univers Marvel dont elle définit le passé.

Dommage alors de voir les scénaristes gâcher certaines occasions de lier plus clairement l’intrigue d’Agent Carter à la série Agents of SHIELD ou aux films Marvel : le MacGuffin de la saison est la Matière Noire (Dark Matter) dont les caractéristiques restent aussi vagues que dans Agents of SHIELD, utilisée alors par le super-vilain Blackout (cette sorte d’énergie était alors appelée Darkforce). Apparemment on retrouvera également cette « Force noire » dans Dr. Strange. Ils auraient pu en faire l’une des fameuses Pierres d’Infinité mais non. Agents of SHIELD propose également cette saison un portail ouvert vers une autre planète grâce à un monolithe : pourquoi ne pas avoir cherché un lien de ce côté-là ? Surtout que l’on découvre une société secrète qui a tout d’HYDRA sauf le nom (même leur emblème ressemble carrément à une des versions d’HYDRA !) : le « Conseil des Neufs » est responsable entre autres de l’assassinat d’un Président américain et du Krach de 1929. Ils manipulent leur monde pour prendre le pouvoir. Ils font également passer leurs ennemis pour des communistes ! Tout ceci est très intéressant, mais ce n’est pas assez développé.

agent carter saison 2

L’intérêt de la série reste toujours ses personnages et c’est heureusement un plaisir de retrouver Peggy et Jarvis en tandem de choc. Mrs. Jarvis est un ajout intéressant qui permet de découvrir une autre facette du majordome et de le mettre lui aussi face à des choix aux conséquences difficiles. La sous-intrigue de Sousa aurait pu être évitée : prêt à se marier à une infirmière alors qu’il est amoureux de Peggy, cela n’a pas trop de sens ou d’intérêt. Evidemment, il finit avec Peggy à la fin de la saison! Sinon, l’agent Thompson passe pour un abruti qui emprunte le même chemin que le Chef Dooley dans la première saison : un chieur qui finit par admettre ses erreurs et fait enfin confiance à Peggy, juste pour se voir abattre à la fin de la saison. Thompson semble bien mort, tué par un individu mystérieux pour un dossier top secret sur Peggy. A suivre ?

Sympa mais sans plus, cette saison relègue des personnages qu’on apprécie au rang de simples guests : Howard Stark, Dottie et Angie sont cruellement sous-utilisés et n’apparaissent que de temps à autres juste pour donner un petit coup de pouce. Le fait que Whitney Frost n’est jamais une méchante très passionnante n’arrange rien. S’il y a une troisième saison, il faudra songer à la faire plus cohérente et intéressante, les personnages et les acteurs, aussi sympathiques soient-ils, ne suffisant pas à faire décoller cette saison.

Until next time, this is Matt saying “Just do the SHIELD origins already!

Matt est prof d’anglais, cinéaste amateur (www.alienprods.com) et lecteur de comics.

Laissez un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *