Bande annonce #1.The Bloggers Cinema Club

Bande annonce #1

“Nan, mais ça aurait été mieux s’ils avaient pas mis ça dans la bande annonce, non ?”

C’est de ce postulat de départ un peu hasardeux que je me suis lancé un défi plutôt audacieux. Si l’intrigue d’un film se résume à quelques mots, la bande annonce ne devrait pas en dire plus. Ou comment donner envie au spectateur de voir un film sans lui faire tout péter à la tronche ?

img

Le mercredi, c’est le jour du cinéma. Du moins, des salles de cinéma. Je vous propose donc ici de (re)découvrir chaque semaine des films sous un prisme un peu différent des bandes annonces habituelles.
Je commence cette semaine avec un film qui me tient beaucoup à cœur parce que c’est lui qui m’a donné cette idée (en plus d’être un film absolument génial) : We need to talk about Kevin. Un film dont, à mon sens, on disait beaucoup trop lors de la promo qui a précédé sa sortie. Là où l’on aurait dû se contenter de dire : c’est l’histoire d’une relation difficile entre une mère et son fils, on apprenait le contenu des 20 dernières minutes du film. En effet, le distributeur du film, probablement légitimé par un traitement différent du sujet dans le roman de Lionel Shriver, révélait un élément crucial de l’intrigue qui vient très tard dans le film. Dans le livre, c’est l’un des éléments de départ et l’intrigue se construit autour de la compréhension du pourquoi. Mais dans le film c’est une révélation presque finale. Pourquoi donc priver le spectateur de cette découverte ? La bande annonce officielle n’en dit pas trop mais il me semblait qu’on l’on pouvait en dire encore moins et donner tout autant envie, voire plus.

On va essayer de garder ces maîtres mots pour la suite : en voir moins pour en avoir plus envie. Quant au contenu ; image, bande son et musique sont tirées du film, rien d’autre.

Benjamin

Laissez un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *