BANDE ORIGINALE : Better Call Saul


IMG_0634

La seconde saison de Better Call Saul vient tout juste de démarrer sur AMC, remettant au placard ces rumeurs débiles de suite possible pour Breaking Bad circulant sur la toile. Comme toujours, Music On Vinyl a flairé la bonne affaire et en a profité pour synchroniser la sortie de la bande originale du nouveau bébé de Vince Gilligan avec cette diffusion télévisée. Si l’on a parfois regretté l’ascétisme dont a pu faire preuve la maison hollandaise avec certaines éditions de ses soundtracks (absence cruelle de liner notes, artworks identiques aux affiches des films), force est de constater la volonté de rectifier le tir avec cette nouvelle référence. Le livret de huit pages est riche en informations tout comme en notes d’intentions et se révèle passionnant à parcourir. Le vice a même été poussé jusqu’à fournir une business card de James M. McGill ainsi qu’un autocollant à appliquer à l’arrière de ta bagnole de gros ricain. C’est dire si Music On Vinyl te fournit cette fois de quoi te la péter en soirée. En toute simplicité. Je passe sur le gatefold et la couleur du disque de la version limitée, mais qu’en est-il alors de la musique gravée en ses jolis sillons ?

Je pensais bêtement pouvoir écouter un score en bonne et due forme, comme avec les éditions des bandes originales de Breaking Bad sorties par Spacelab9. Beh non. Je me retrouve en lieu et place avec une compilation tout ce qu’il y a de plus classique. Super…

IMG_0635

Fort heureusement, depuis Guardians Of The Galaxy, les choses ont bien changé dans le monde impitoyable de la bande originale. Aujourd’hui, les recueils de morceaux sont intéressants et s’écoutent comme l’on regarde un film ou lit un roman. Et c’est bien le cas de ce Better Call Saul season 1. Déjà, le thème du générique (composé par Little Barrie) a tout du bon gros petit tube enfumé, du genre de ceux portés par un riff surhumain qui s’incruste dans ton code génétique sans qu’on puisse le déloger. Et la suite ne déçoit absolument pas. Entre le groove terrifiant du Boulevard Of Broken Dreams d’Esquivel, les agitations jazzy d’Henry Mancini et du Dave Brubeck Quartet ou la monstrueuse version du Season Of The Witch d’Al Kooper et Stephen Stills, il y a de quoi faire. Et que dire de l’atomique Se Bruciasse La Citta de Massimo Ranieri, si ce n’est que je découvre un artiste italien sur lequel je vais faire plus que me pencher (pas comme tu le penses, petit malin). Bref, tu m’auras compris, je trouve que le travail effectué autour de cette compilation est vraiment pertinent et juste, les morceaux ayant été choisis avec attention et intelligence. Une démarche en totale adéquation avec la série qu’elle illustre et qui sera, je l’espère, pérennisée sur la seconde saison.

IMG_0636

.

Florian Schall

Le disc-shop de Flo: // La Face Cachée // Vente de VINYLES + CD + DVD + BD + HIFI 

Florian S.
Florian Schall, né en 1980. Disquaire à La Face Cachée, chroniqueur musical sur Mirabelle TV, propriétaire du blog http://recordsarebetterthanpeople.tumblr.com/ , organisateur de concerts, musicien au sein de divers projets (Twin Pricks, Poincaré, The Holy Mundane) et ex-zineux repenti.

Laissez un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *