BANDE ORIGINALE : Chubbies

IMG_0011

Stop.

On arrête tout.

Quand finira donc cette mode de sortir tout et n’importe quoi en vinyle ? Jusqu’où irons-nous dans cette escalade de la violence consommatrice  ? Ca tombe sur elle et ce n’est certainement pas de sa faute, mais la bande originale de Chubbies est l’exemple même de cette surenchère de l’inutile que nous subissons désormais au quotidien. Parmi les centaines de disques à sortir et ressortir chaque jour, combien sont véritablement attendus et demandés ? D’ailleurs, qui suis-je pour questionner cette légitimité et m’arroger ainsi droit de vie ou de mort sur une oeuvre ? Personne dans l’absolu, si ce n’est un disquaire-témoin de cette inexorable fuite vers un avant indistinct tout autant qu’un collectionneur du format triplé d’un cinéphile amateur. Bref, un combo qui ne pardonne pas et qui a parfois tendance à peser sur mes nerfs fragiles (comme aujourd’hui, par exemple).

IMG_0012

Je fais probablement partie du problème tout autant que de la solution. Si j’arrêtais d’acheter tout et n’importe quoi sur des prétextes à la con (« y’a du synthé », « la pochette est différente de l’originale », « c’est un film d’horreur », « mais je vais mourir si j’ai pas la série complète »), je ne serais peut-être pas là en train de me lamenter sur ce disque de Slasher Dave (chanteur des death/doomsters américains Acid Witch dans le civil) qui n’a, pour la peine, absolument rien demandé. C’est peut-être d’ailleurs tout simplement Bellyache Records qui a commandé la sortie en vinyle de la bande originale du film de Mike C. Hartman (auteur de documentaires et de moyen-métrages cheaps et délirants) au réalisateur lui-même. Dave, en grand collectionneur de disques, n’y a forcément pas rechigné, voyant là l’occasion d’ajouter une étoile de plus à sa (pour l’instant) petite discographie perso (Chubbies est son troisième effort solo, faisant suite aux bien nommés Spookhouse et Tombs Of Horror, respectivement sortis en 2013 et 2014). Sauf que là, le musicien s’extraie effectivement de l’exercice de style en forme d’hommage appliqué (comme Umberto avant lui) pour entrer de plein pied dans la vérité vraie du métrage à illustrer. Et si son score n’a pas à rougir et soutient la comparaison avec certaines oeuvres de ses aînés et néanmoins contemporains collègues (je pense à Steve Moore qui, sous l’alias latin Gianni Rossi, composa notamment la bande originale du bien débile Gutterballs qui, comme Chubbies, parlent entre autres de boules et de quilles), il faut avouer qu’elle s’écoute d’une oreille plutôt distraite pour s’oublier bien vite dans l’étagère entre deux congénères horrifiques. Et même si le sympathiquement angoissant Escape From The Third Moon, le très Michaeljacksonien Chiller ou bien encore le Scoobydooesque Here Comes Moody font illusion le temps de quelques écoutes, le reste sonne trop comme du remplissage pour qu’on passe encore une fois à la caisse. Tu vas me dire, « Mais mec, de quoi tu parles ? Tu l’as bien acheté, non ? » et tu auras raison. J’ai malheureusement le tort d’acquérir des disques sans les avoir écouté au préalable, un peu comme quand j’avais douze ans et que je dépensais mon argent de poche après avoir lu une alléchante chronique de disque dans Hard Force ou Rage Magazine. Que veux-tu ? On ne se refait pas…

IMG_0013

.

Florian Schall

Le disc-shop de Flo: // La Face Cachée // Vente de VINYLES + CD + DVD + BD + HIFI 

Florian S.
Florian Schall, né en 1980. Disquaire à La Face Cachée, chroniqueur musical sur Mirabelle TV, propriétaire du blog http://recordsarebetterthanpeople.tumblr.com/ , organisateur de concerts, musicien au sein de divers projets (Twin Pricks, Poincaré, The Holy Mundane) et ex-zineux repenti.

Laissez un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *