CANNES 2017 : Jupiter’s Moon

jupitersmoon

Déjà lauréat du prix Un Certain Regard pour son génial White God en 2014, le cinéaste hongrois Kornél Mundruczo propose en compétition un nouveau long métrage étrange. Quelque part entre le cinéma fantastique et la fresque sociale engagée, comme l’était déjà son film précédent, Jupiter’s Moon narre l’histoire d’un réfugié syrien, Aryan (Zsombor Jéger), qui, après s’être fait tirer dessus par un policier en traversant illégalement la frontière, se découvre un pouvoir de lévitation. Sa rencontre avec le docteur Stern (Merab Ninidze) est l’unique moyen d’échapper au camp, quitte à ce que ce dernier exploite son don.

Le nouveau film de Mundruczo offre bon nombre de séquences impressionnantes : le film est intégralement tourné en plans-séquences avec une caméra toujours en mouvement. Un choix de mise en scène moderne doublé d’un véritable tour de force dans l’utilisation strictement réduite des effets visuels. Jupiter’s Moon, à la différence de White Dog, donne une progression de la critique de la politique du premier ministre hongrois Viktor Obran dans le choix de l’angle d’attaque. Le film utilise le registre fantastique pour faire du cinéma social, et Mundruczo répond à la politique migratoire de la Hongrie par ce personnage de superflic fasciste et névrosé, à la croisée de L’inspecteur Harry et du Tchéky Karyo de Dobermann.

Jupiter’s Moon aurait pourtant pu être un grand film, étant donné le rythme soutenu qui fait la part belle au grand nombre de séquences qui éclatent aux yeux du spectateur – les séquences de lévitation, les scènes d’action dont une merveilleuse course-poursuite en voiture. Malheureusement, Mundruczo se fait moins fin que dans sa précédente fable dystopique, et Jupiter’s Moon se perd parfois dans un misérabilisme, déconcertant lorsqu’il est habité par des personnages qui semblent tout droit sortir d’un western.

Valentin Maniglia

Valentin M.
Valentin M. Cinéphage, étudiant en cinéma et grand passionné de James Bond, du cinéma populaire, bis et gore européen, et de comédies musicales et romantiques mièvres.

1 commentaire

  1. Liliane

    6 juillet 2017 à 13 h 10 min

    Bonjour ! J’aime regarder les films qui mettent en avant des personnages aux super-pouvoirs. Du coup, bien que les critiques (en général) ne sont pas bonnes, j’ai apprécié le scénario, ainsi que les effets spéciaux :).

Laissez un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *