DVD : Frank & Lola

Frank & Lola de Matthew M. Ross

frank-and-lola-michael-shannon-02

Sortie DVD :   2 mai 2017

Editeur : Universal Pictures France  

C’est l’histoire d’un coup de foudre. Une jeune étudiante en stylisme d’un côté, un grand chef de l’autre, deux êtres sensibles et doués qui se rencontrent et tombent amoureux. Amour, fusion, partage… tatouage. Jusqu’à ce que Lola trompe Franck. D’emblée elle va lui annoncer, brisant ainsi la paisibilité dans laquelle le ménage s’était peu à peu installé.

La première partie du film est axée sur l’idylle que vivent Lola et Franck. Rencontre, synchronisation, sérénité, plénitude. La seconde, qui commence après la trahison de Lola, est consacrée à la recherche de la vérité dans laquelle Franck s’engage et s’immerge, jusqu’à laisser de côté ses ambition personnelles. La seule chose qui lui importe désormais c’est de comprendre : avec qui, pourquoi, comment.

Comme vous l’aurez compris, le film traite du couple et de son équilibre fragile, qui repose sur une confiance mutuelle primordiale. Il raconte la mutation des relations, de l’osmose au rapport de force. Comment conserver l’harmonie première ? Le film donne à voir une relation qui s’use et s’abîme dans le mensonge et la défiance.

Le duo d’acteurs fonctionne à ravir. Imogen Poots et Michael Shannon sont sublimes. Leurs jeux magnétiques marqués par une corporalité brute se relaient et se complètent au fil des scènes rendant captif le spectateur. Le personnage énigmatique de Lola oscille entre puissance et fragilité. Mystérieuse, sensuelle et taiseuse, à chaque scène on la découvre autre. Tour à tour fatale, puissante, enjôleuse, faiblarde, mélancolique, joyeuse, on pense à l’insondable personnage féminin du film Gone girl, la dangereuse Amy. Une complexité féminine qui aura peut-être inspiré le réalisateur.

Franck y Lola est une histoire d’amour houleuse où tendresse et violence se relaient, créant l’impression d’un clair-obscur permanent. Suave et tendre, le film est marqué par une densité muette, qui ressemble à un ciel chargé annonçant la tempête. Au fur et à mesure que l’on s’enfonce dans l’intrigue, la tension monte, l’ambiance devient lourde et pesante. Âpreté, aigreur, indécision et peur, sont à l’honneur. Matthew M. Ross livre un film envoûtant. Se situant entre le drame et le film d’ambiance, Franck y Lola prend parfois des airs de thriller. Hypnotique et fiévreux, il fait preuve d’un véritable parti pris esthétique et d’une atmosphère unique. On se délecte de sa sensualité et de sa langueur délicate. A voir et à revoir.

Diane Lombart

Diane Lombart

1 commentaire

  1. Liliane

    30 juin 2017 à 14 h 43 min

    Perso, je trouve que le scénario a été plutôt bien écrit. Par contre, c’est le rythme du film qui était lent. Je crois qu’à un moment donné au cours de la diffusion, je me suis endormie.

Laissez un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *