FESTIVAL : FEFFS 2017 Strasbourg – La compétition fantastique


Dans une semaine exactement va démarrer la 10ème édition du Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg (FEFFS 2017) qui se terminera le 24 septembre 2017.
Le film d’ouverture sera la très attendue nouvelle adaptation de la 1ère partie du roman de Stephen King, ÇA (IT), réalisée par Andrés Muschietti.
L’organisation a dévoilé il y a peu la sélection des longs métrages qui vont concourir pour la compétition fantastique. 13 films qui seront projetés dans les 4 salles de la ville : Le Star St-Exupéry, Le Star, Le Vox et l’UGC Ciné Cité.
Vous retrouverez ci–dessous toutes les informations sur cette programmation alléchante.

FEFFS 2017 – Les premiers films

Double Date, A Dark Song, The Crescent, The Endless, Thelma

La compétition fantastique

A DARK SONG

Un film de Liam Gavin (Irlande)

feffs-2017-competition-dark-song

 

Avec Steve Oram, Catherine Walker, Susan Loughnane

Une femme accompagne un médium antipathique dans une demeure isolée. Ils s’enferment là, pendant des semaines, pour une sorte de cure qui devra lui ouvrir une porte sur l’au-delà. Éplorée par la mort de son enfant, elle semble toutefois cacher sa motivation véritable.

Au-delà du film fantastique claustrophobe, A Dark Song est une étude de caractère originale. Le film doit beaucoup à son duo de comédiens, Steve Oram et Susan Loughnane, à son ton résolument réaliste et à cette très lente montée vers l’angoisse. Le personnage principal, endeuillé, s’impose un long rituel, particulièrement éprouvant. Et, grâce à cette progression épineuse, l’autre monde devient, pour le spectateur, réel, palpable et définitivement terrifiant.


 

A DAY

Un film de Cho Sun-ho (Corée du Sud)

feffs-2017-competition-a-day

 

Avec Kim Myung-min, Byun Yo-han, You Chea-myung

Dans des genres aussi divers que le polar, l’horreur ou le thriller, le cinéma coréen n’a plus à prouver son audace. Cette fois, le réalisateur Cho Sun-ho s’attaque au domaine de la science-fiction, pour raconter l’histoire d’un médecin enfermé dans une boucle temporelle, qui tente de sauver sa fille d’un accident mortel. Le drame se répète sous ses yeux et il lui faudra trouver un moyen de bousculer les événements.

Le postulat paraît classique, mais il devient totalement singulier lorsque le personnage principal réalise qu’il n’est pas seul à voir ce jour se répéter.
A Day débute dans une veine mélodramatique. Très vite, le long métrage devient une course contre la montre effrénée tout autant qu’un puzzle fantastique haletant.


 

ANIMALS

Un film de Greg Zglinski (Allemagne, Suisse)

feffs-2017-competition-animals

 

Avec Birgit Minichmayr, Philipp Hochmair, Mona Petri

Anna, auteure pour enfant, et Nick, chef cuisinier, se retirent dans un chalet suisse pour se dédier à leurs arts respectifs, et surtout sauver leur mariage. Ils louent leur appartement viennois à Mischa qui se trouve être le sosie de la maîtresse de Nick, voisine du couple. La retraite alpine dégénère alors qu’Anna, accidentée, n’arrive plus à départager le rêve de la réalité. Cette confusion contamine, des kilomètres plus loin, Mischa, victime de mésaventures sibyllines.

Animals est un thriller séduisant qui joue volontiers sur la croyance : celle d’Anna, dont nous suivons les tourments jusqu’à la paranoïa, et celle du spectateur. Le quatrième long-métrage de Greg Zglinski est un cauchemar éveillé que ne renierait pas son compatriote Roman Polanski.


 

DAVE MADE A MAZE

Un film de Bill Watterson (États-Unis)

feffs-2017-competition-dave-maze

 

Avec Nick Thune, Meera Rohit Kumbhani, James Urbaniak

Dave fabrique une maison en carton dans son salon : lorsqu’il y pénètre, elle se transforme en un labyrinthe volatile et insondable. Ses amis tentent de l’en sortir, mais il rechigne à le quitter, malgré les chausse-trappes et le Minotaure enragé qu’il renferme. Dave s’est attaché à sa création meurtrière.

Mélange éclectique des Goonies et d’Alice aux pays des merveilles, d’horreur et de mort, Dave made a Maze parle du chaos de la création artistique, des sacrifices qu’elle exige et du rapport de l’artiste à son œuvre. D’une éblouissante virtuosité sur le plan visuel, c’est également une expérience cinématographique originale et surprenante. Un film qui, pour une fois, mérite véritablement le qualificatif d’inclassable.


 

DOUBLE DATE

Premier film de Benjamin Barfoot(Royaume-Uni)

feffs-2017-competition-double-date_1

 

Avec Danny Morgan, Georgia Groome, Michael Socha

Alex est résolu à ce que son ami Jim perde sa virginité avant ses 30 ans. Pour cela, les deux hommes vont suivre deux femmes, séduisantes et tentatrices, d’un bar à une grande maison en périphérie de la ville, sans savoir qu’elles ont de plus obscurs projets.

Double Date inverse un processus bien connu du cinéma d’horreur. Ici, l’assaillant, le prédateur, la menace est une femme. Ou plutôt un duo de femmes décidées à utiliser l’obsession sexuelle masculine pour un rituel de magie noire. Benjamin Barfoot, dont il s’agit du premier long-métrage, se révèle particulièrement habile pour mêler l’horreur à l’humour. Il évolue ainsi à la limite du genre pour proposer un récit fun et débridé.

[dailymotion id=x5f3lzb width= »560″ height= »315″]


 

EARTH AND LIGHT

Premier film de Renné Franc (Brésil)

feffs-2017-competition-earth-light

 

Avec Pedro Otto, Maya Dos Anjos, Rafael Freire

Dans cette œuvre minimaliste où chaque mot, chaque son, semble compter, un homme parcourt, machette à la main, une terre désolée sous un soleil écrasant. En quête de rédemption, il rencontre un enfant qu’il tente de soustraire aux monstrueux vampires qui déambulent dans la nuit et enlèvent les derniers survivants.

Pour son premier film, le cinéaste brésilien Renné França s’accommode d’un budget minimal en s’appuyant sur des décors évocateurs, sur les gueules de ses interprètes et en filmant des ombres angoissantes et abstraites. Dans ce contexte post-apocalyptique, il convoque ainsi l’héritage des grands expressionnistes. En résulte une œuvre singulière, froide et hypnotique, déjà primée dans les festivals sud-américains.


 

KALEIDOSCOPE

Un film de Rupert Jones (Royaume-Uni)

feffs-2017-competition-kaleidoscope_1

 

Avec Toby Jones, Sinead Matthews, Cecilia Noble

Le film est à l’image de son titre, tortueux et fragmenté. Toby Jones, brillant interprète de Truman Capote ou mémorable vilain de la série Sherlock, y interprète un homme introverti, terrifié par la violence dont il se sait capable. Après une soirée romantique, une femme disparaît. Et pendant que Carl recherche, au fond de sa mémoire, ce qui a pu se produire après leur rendez-vous, une autre femme apparaît : sa mère.

L’œuvre de Rupert Jones, frère de l’acteur principal, tourne autour de ce rapport destructeur entre la femme et son fils.
Si Kaleidoscope a toutes les qualités d’un thriller haletant, il se révèle toutefois comme l’exploration brillante d’un dédale psychologique, d’un esprit malade.

[dailymotion id=x5ojl7j width= »560″ height= »315″]


 

LA LUNE DE JUPITER

Un film de Kornél Mundruczó (Hongrie & Allemagne)

feffs-2017-competition-lune-jupiter_1

 

Avec Merab Ninidze, Zsombor Jeger, Gyorgy Cserhalmi

Un jeune migrant se fait tirer dessus alors qu’il traverse illégalement la frontière. Sous le coup de sa blessure, Aryan découvre qu’il a maintenant le pouvoir de léviter. Jeté dans un camp de réfugiés, il s’en échappe avec l’aide du Dr Stern qui nourrit le projet d’exploiter son extraordinaire secret. Les deux hommes prennent la fuite en quête d’argent et de sécurité, poursuivis par le directeur du camp. Fasciné par l’incroyable don d’Aryan, Stern décide de tout miser sur un monde où les miracles s’achètent.


 

LAISSEZ BRONZER LES CADAVRES

Un film d’Hélène Cattet & Bruno Forzani (France & Belgique)

feffs-2017-crossovers-laissez-bronzer_3

 

Avec Élina Löwensohn, Stéphane Ferrara, Hervé Sogne

La Méditerranée, l’été : une mer d’azur, un soleil de plomb… et 250 kilos d’or volés par Rhino et sa bande ! Ils ont trouvé la planque idéale : un village abandonné, coupé de tout, investi par une artiste en manque d’inspiration. Hélas, quelques invités surprises et deux flics vont contrecarrer leur plan : ce lieu paradisiaque, autrefois théâtre d’orgies et de happenings sauvages, va se transformer en un véritable champ de bataille… impitoyable et hallucinatoire !

Après leurs deux vibrants hommages au giallo, Amer et L’Étrange couleur des larmes de ton corps, le duo Cattet-Forzani passe cette fois à l’adaptation d’une série noire aux accents de western italien de Jean-Patrick Manchette et Jean-Pierre Bastid.


 

MISE À MORT DU CERF SACRÉ

Un film de Yorgos Lanthimos (Grèce)

feffs-2017-competition-mise-mort2

Avec Colin Farrell, Nicole Kidman, Barry Keoghan

Un jeune homme lisse et obséquieux s’attache à un chirurgien et à ses enfants jusqu’à s’immiscer dans leurs vies. Mais, peu à peu, l’admiration et la complicité se muent en une sourde menace.

Après Canine et The Lobster (Prix du public au FEFFS 2015), Yorgos Lanthimos poursuit son exploration horrifique des rapports sociaux et familiaux. Et, à l’instar des plus grands cinéastes, il développe, d’œuvre en œuvre, une identité forte, entre rigueur formelle, distance glaçante et humour noir. Le réalisateur grec construit ainsi une filmographie inclassable, aux abords du cinéma de genre, à la frontière du fantastique.


 

THE CRESCENT

Un film de Seth A . Smith (Canada)

feffs-2017-competition-the-crescent

 

Avec Terrance Murray, Britt Loder, Andrew Gillis

Une jeune femme endeuillée s’isole avec son fils dans une maison en bord de mer. Elle noie son chagrin dans la solitude et la peinture. Mais d’étranges événements et d’envahissants voisins vont venir perturber sa retraite.

Film d’ambiance et de sensations, The Crescent est une œuvre à la personnalité affirmée, un récit angoissant qui promène son spectateur entre rêve et réalité.
Le réalisateur Seth Smith, qui avait connu le succès avec l’étrange Lowlife en 2012, prend ici le risque de centrer son histoire sur un enfant de deux ans. Ce fragile protagoniste, qui aurait pu être réduit au rang de faire-valoir, multiplie nos peurs et renvoie le spectateur à une fonction de témoin impuissant..


 

THE ENDLESS

Un film de Justin Benson & Aaron Moorhead (États-Unis)

feffs-2017-competition-endless_2

 

Avec Justin Benson, Callie Hernandez, Aaron Moorhead

Deux frères reçoivent une cassette vidéo émanant de la secte où ils ont grandi et dont ils se sont enfuis pour échapper à un suicide collectif. Mais, apparemment, celui-ci n’a jamais eu lieu. Ils décident de revenir sur place le temps d’une journée. Tout est comme avant – sans l’être vraiment…

The Endless rappelle le premier long-métrage des réalisateurs : comme Resolution, il joue la carte de l’étrange dans le contexte du désert. Mais tandis que Resolution est un film excentrique, The Endless a beaucoup de profondeur : il comporte une dimension émotionnelle parfaitement servie par les prestations nuancées d’A. Moorhead et J. Benson, très touchants dans leurs rôles. Traitant de la fraternité et de la marginalité, The Endless, qui nous plonge dans ce qui pourrait être des mondes parallèles, met aussi en question l’espace-temps.


 

THELMA

Un film de Joachim Trier (Norvège)

feffs-2017-competition-thelma

 

Avec Eili Harboe, Okay Kaya, Ellen Dorrit Petersen

Cinéaste très suivi depuis les succès d’estime du brillant Oslo, 31 août et de l’émouvant Back Home, Joaquim Trier s’essaye cette fois au film de genre. Thelma le voit revenir à sa Norvège natale pour conter l’histoire d’une étudiante qui tombe amoureuse et se découvre des pouvoirs surnaturels.

Assisté de son coscénariste habituel, Trier ne renie en rien sa sensibilité mais se risque à un très net virage vers un thriller teinté d’éléments surnaturels. Le cinéaste norvégien a toujours à cœur de s’attacher à des personnages forts, en rupture avec leur environnement. Usant habilement du genre pour servir son propos dans Thelma, Joaquim Trier construit, film après film, une œuvre cohérente.

 

Aurélien ZANN

Aurélien Zann
Navigue sur les mots

Laissez un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *