Saison 2 : Les Revenants – Si j’avais su, j’aurais pas revenu

Les Revenants - générique

J’avais plein d’idées de jeux de mots pourris concernant Les Revenants. Par exemple, j’aurais très bien pu écrire : « Ils sont re-de retour et ils sont pas contents. Moi non plus ». Mais c’était trop long pour un titre et trop court pour une chronique, alors…

C’est l’homme qui me l’a fait remarquer vers quelque chose comme le 6e épisode de cette seconde saison : « T’as remarqué ? Ça fait 6 heures qu’on n’a pas vu un personnage sourire ». Mais ouais, c’est vrai… Même pas un demi-rictus, bordel. Un peu comme sur nos visages, en somme. « Ben, en même temps, ils sont morts, hein… Puis, il est un peu maudit leur bled, là, quand même… » C’est vrai aussi : c’était déjà bien la zizanie dans la petite ville de montagne Suisse-isante des Revenants que, paf, une autre catastrophe survient. Ou plutôt : est survenue. Car, pendant qu’on était passé totalement à autre chose, une inondation a rayé de la carte tout un quartier, à peine six mois après la fin de la première saison. Yep, rien que ça.

Les Revenants - Souvenez-vous… Ou enfin, essayez...

« Ou du moins, essayez… »

Je ne sais pas pour vous, mais pour mois, trois ans, c’est long… Surtout sériestiquement parlant. Aussi, je n’avais pas particulièrement envie de me renvoyer les huit épisodes de 2012 avant d’entamer cette seconde saison surprise des Revenants. Au final, je ne sais pas si j’ai bien fait ou pas, mais force est de constater que, dès le premier épisode, j’ai été méchamment larguée. Déjà, il faut se rappeler des personnages et de leurs relations. Ce n’est pas une mince affaire, mais rien d’insurmontable non plus… Sauf quand on vous colle d’entrée une plâtrée de nouveaux venus et revenus, nappée d’une couche de mystères supplémentaires, dont cette foutue inondation arrivée dieu seul sait comment. Pas encore assez déconcerté ? Pas de souci, les scénaristes ont eu une super idée : littéralement blinder l’intrigue de flashbacks, histoire de rendre le puzzle de la chronologie des événements carrément et très rapidement décourageant. Bien joué.

Les Revenants - Yara Pilartz

Vous l’aurez compris : autant la première saison des Revenants avait été une fort agréable surprise me concernant (je n’avais pas regardé de série française depuis la troisième saison de H, c’est dire), autant cette resucée en a été une bien mauvaise. Et malheureusement, voilà un jugement qui va au-delà des « simples » problèmes de compréhension. Certes, c’est toujours aussi visuellement et stylistiquement léché, mais pour le reste, qu’est-ce que c’est chiant… Jeu ampoulé, personnages désincarnés, suspens oppressant envolé, poésie oubliée… Ah, voilà la Police et des représentants de la communauté scientifique qui viennent enfin s’intéresser à tout ce merdier ! Va-t-on avoir le droit à un peu d’action ou à quelques éléments de réponse ? Ben non… Comme moi devant mon écran, ils sont perdus et restent plantés là, amorphes, les bras ballants…

Les Revenants saison 2 - final

Ne pas donner de réponses aux légitimes questionnements des spectateurs (attention, entre ces deux parenthèses, spoilers en cavale : les plaies sur les corps des revenants, le bébé mi-mort mi-vivant, les meurtres, les pseudo zombies, les coupures d’électricité, le monstre dans la grotte, etc.), c’est une chose. C’est parfois frustrant, bien sûr, mais certains le font très bien. Ne pas donner de réponses à des énigmes dont on a réussi à désintéresser les spectateurs (et je vous passe le final cryptique), c’est un coup d’épée dans l’eau. C’est tout aussi frustrant et la vision WTF – certains diront pudiquement « symbolique » – des rapports entre les morts et les vivants qu’à voulu donner ici Fabrice Gobert n’a pas suffit à dissiper mon sentiment de désolante vacuité. Une bonne nouvelle, néanmoins ; son créateur l’a dit : Les Revenants, c’est fini, promis.

Jennie Zakrzewski

Rédactrice, conseillère éditoriale, photographe et méchant flic du label Specific. Blogs : http://thisisthemodernworld.tumblr.com + http://jennie-artwork.tumblr.com

Laissez un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *